Article

Une nouvelle chef de projet au sein de la filière G2M

Au Centre de Référence des Maladies Héréditaires du Métabolisme (CRMHM) de Marseille : vous avez dit « Chef de projet ? »

Nouvellement arrivée dans le centre, Céline Cudejko est titulaire d’un doctorat en biologie cellulaire et moléculaire de l’Université Lille 2. Scientifique de la recherche fondamentale, elle est animée par la curiosité pure de comprendre le monde qui l’entoure. Après 8 ans de recherche fondamentale, elle décide de quitter la paillasse et d’évoluer vers d’autres fonctions plus transversales. Céline rejoint alors le CRMHM en tant que chef de projet pour travailler en étroite collaboration avec le Pr Brigitte Chabrol, coordinateur du centre.

Le chef de projet a pour mission principale d’assurer la coordination et l’animation des acteurs locaux, régionaux et nationaux du CRMHM. Céline peut donc faire appel à ses compétences en conduite de projet et linguistiques ainsi qu’à ses qualités d’organisation, de prise d’initiatives et de curiosité intellectuelle pour mener à bien sa mission. Elle utilise ses connaissances scientifiques pour exercer des fonctions de coordination ou d’animation, qui nécessitent à la fois de savoir parler science et de travailler avec des partenaires non scientifiques. Le chef de projet a aussi pour rôle de favoriser les collaborations et de renforcer les liens entre les différents acteurs, notamment avec les associations de patients, via l’organisation d’événements scientifiques/médicaux et grand public. Les associations de patients jouent un rôle de plus en plus important en soutenant la recherche, le développement thérapeutique ou l’amélioration de l’accueil des patients au sein du service. Pour le printemps prochain, le CRMHM propose aux associations de patients de participer à un stage organisé en partenariat avec l’association « Tous Chercheurs ». L’objectif de ce stage est de permettre à ces personnes d’acquérir une meilleure compréhension des recherches concernant la maladie qui les touche, eux-mêmes ou leurs proches, et de les familiariser à la biologie, à la génétique mais aussi au milieu de la recherche. Il permettra d’allier les connaissances théoriques de la biologie à la réalisation d’expériences au laboratoire.

A l’instar de la recherche translationnelle, Céline est passée de la recherche fondamentale à la clinique, et les heures d’enseignements théoriques de biochimie métabolique prennent désormais tout leur sens… Elle travaille au contact d’acteurs de disciplines et d’horizons divers et en les fédérant autour de projets communs. Elle a découvert qu’elle pouvait soutenir les secteurs de la recherche et de la santé sans pour autant être à la paillasse, dans le laboratoire.

Pour plus d’informations : Association Tous Chercheurs