Article

Comte-rendu du Webinaire d’information sur la vaccination COVID-19 à l’AP-HP

Webinaire d’information sur la vaccination COVID-19 à l’AP-HP

Live Facebook/réunion Zoom n°6 - jeudi 11 mars 2021 de 12h à 13h

Présenté par le COPIL Vaccination COVID AP-HP

Voir le Replay : https://www.facebook.com/assistancepubliquehopitauxdeparis/videos/865834944209256

 

Orateurs :

Odile Launay (OL), membre du comité scientifique vaccin Covid-19 et coordinatrice du centre de vaccinologie Cochin-Pasteur

Jean-Daniel Lelièvre (JDL), chef du service d'Immunologie clinique et des Maladies infectieuses de l'hôpital Henri-Mondor AP-HP

Sandra fournier (SF), Équipe Opérationnelle d’Hygiène/Direction de l'Organisation Médicale et des relations avec les Universités

Catherine Paugam (CP), directrice générale adjointe de l’AP-HP

Martin Hirsch (MH), directeur général de l’AP-HP

 

Début du webinaire à 12h00.

  1. Dernière actualités
  • Actualités de l’efficacité en vie réelle des vaccins AstraZeneca et Pfizer (JDL et OL)

JDL présente les principaux résultats de 4 études récentes :

- étude écossaise. Etude observationnelle conduite entre décembre 2020 et février 2021 dans la population écossaise, parmi laquelle 35 % des personnes ont été vaccinées au moment de l’étude. Le but était d’évaluer l’impact de la vaccination sur les hospitalisations.

Les plus âgés ont été vaccinés avec le vaccin AstraZeneca alors que les jeunes l’ont été avec le vaccin Pfizer : le pourcentage de personnes vaccinées augmente avec l’âge.

Concernant l’efficacité (hospitalisations) : après 7 à 13 j suivant la 1ère dose, on observe un pourcentage d’efficacité entre 79 et 85 % selon les classes d’âge. Entre 28 et 34 j suivant la 1ère dose, le pourcentage atteint 85 % pour le vaccin Pfizer et 94 % avec le vaccin AstraZeneca ;

- étude anglaise. Etude observationnelle conduite entre décembre 2020 et février 2021 chez les personnes de plus de 70 ans. Le but était d’évaluer l’impact de la vaccination sur la survenue d’infections symptomatiques. Concernant le vaccin Pfizer : l’efficacité a été de 70 % après la 1ère dose et 89 % après la 2nde dose. On a noté une diminution, chez les cas positifs, de 44 % du risque d’hospitalisation et une diminution de 51 % du risque de décès. Concernant le vaccin AstraZeneca : l’efficacité a été de 75 % après la 1ère dose. On a noté une diminution, chez les cas positifs, du risque d’hospitalisation de 37 % ;

- étude israélienne. Etude observationnelle conduite entre décembre 2020 et février 2021, avec près de 600 000 personnes incluses dans chacun des deux groupes (vaccinés versus non vaccinés). Le but était d’évaluer l’impact de la vaccination sur la survenue d’infections après une ou deux doses de vaccin Pfizer. La vaccination a permis de diminuer significativement le taux d’infection, la survenue de symptômes, le risque d’hospitalisation et le risque d’apparition d’une forme sévère. La prévalence du variant dit « anglais » a été de 80 % dans cette étude ;

- étude réalisée par AstraZeneca lors du développement de son vaccin. Etude conduite entre octobre 2020 et janvier 2021. Le but a été d’évaluer l’impact de l’administration du vaccin AstraZeneca sur la charge virale. Après administration du vaccin chez 1524 personnes, la charge virale et la durée de positivité virale ont diminué par rapport au groupe témoin, y compris chez les patients symptomatiques. Cela montrerait l’impact positif de la vaccination sur la diminution de la capacité de transmission virale.

  • Dernières actualités des autres vaccins (CP)

Concernant le vaccin Janssen (vecteur viral), JDL indique que l’autorisation de mise sur le marché par l’EMA (agence européenne du médicament) ne saurait tarder. La réponse de la HAS est attendue pour le 15 mars prochain. Le vaccin a une efficacité attendue sur les principaux variants située entre 52 et 82 %.

D’autres vaccins sont attendus dans les prochaines semaines : Sputnik V (vecteur viral), Novavax (protéine avec adjuvant) et Curevac (ARN).

 

  • Dernières actualités de la recherche vaccinale (OL)

OL présente un projet de recherche qui devrait démarrer la semaine prochaine, pour une durée de 2 ans.

Les objectifs sont de :

- caractériser la réponse immunitaire post vaccination COVID-19 dans des populations particulières (immunodépression sévère, obésité, diabète). Ainsi, pourraient être proposés des schémas de vaccination adaptés à ces populations ;

- caractériser les échecs vaccinaux (immunologie/virologie) et ainsi de préciser la place des variants dans ces échecs.

La cohorte sera de 10 500 participants, répartis dans 36 centres.

 

  • Questions des participants (CP, JDL et OL)

Quelles sont les informations actualisées concernant la tolérance du vaccin AstraZeneca ?

JDL : il n’y a pas de problématique particulière. Le Danemark a suspendu pour l’instant cette vaccination suite à la survenue de thromboses, mais l’incidence reste faible (environ 20 cas pour sur plusieurs millions) et est inférieure au risque de thrombose dans la population générale.

Si je suis vacciné, puis-je être porteur asymptomatique et donc contagieux ?

JDL : oui, cela est possible, mais la vaccination a un impact sur les formes asymptomatiques et sur le portage donc sur la contagiosité. L’impact est moins important que sur la survenue de la maladie mais il est néanmoins réel.

Combien de temps dure l’immunité ?

JDL : nous ne disposons pas d’assez de recul pour l’instant ; il n’est pas impossible d’envisager des rappels à distance de la primo vaccination, si besoin. Il faut attendre de disposer de davantage de données.

Si j’ai été en contact avéré avec un patient COVID-19+, dois-je quand même faire une PCR si je suis vacciné ?

JDL : oui (cf. ce qui s’est dit avant).

Quelles sont les informations actualisées concernant l’efficacité du vaccin AstraZeneca sur les variants ?

JDL : il y a un vrai bénéfice du vaccin Astrazeneca sur le variant anglais.

Pourquoi existe-t-il plusieurs sortes de vaccins ?

OL : par définition, les essais ont été réalisés sans connaître les résultats d‘efficacité des candidats-vaccins, donc plusieurs pistes ont été étudiées en même temps par les différents laboratoires pharmaceutiques. C’est une chance que de disposer de plusieurs sortes de vaccins car cela permet d’augmenter les capacités de production/mise à disposition.

Les différentes sortes de vaccins sont-elles toutes efficaces ?

OL : oui, les vaccins ont été autorisés/évalués concernant leur efficacité et ils continuent à être surveillés même après leur mise sur le marché.

 

Remarque de CP : le 5 mars 2021, l’ANSM (agence française du médicament) a édité une mise à jour de son rapport ‘Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19’. Depuis la version précédente, plusieurs milliers de personnes ont été vaccinées et il n’est pas apparu de nouveau signal de toxicité. Il y a eu des cas de syndromes pseudo grippaux plus importants après la 2nde dose du vaccin Pfizer (concordant avec les données des études) ; peu d’hypersensibilité/anaphylaxie ; quelques cas d’hypertension artérielle, de troubles du rythme cardiaque et de zona, qui restent à surveiller. Concernant le vaccin AstraZeneca, on a observé des syndromes pseudo-grippaux dans 71 % des cas dans les 24 heures après injection : l’ANSM préconise une vaccination échelonnée des professionnels de santé d’un même service hospitalier et la prise de paracétamol.

 

  1. Etat des lieux pour les professionnels de santé à l’AP-HP (SF)
  • Vaccination

SF indique qu’il y a une accélération de la vaccination des professionnels de santé depuis la fin de la semaine dernière à l’AP-HP. Au 10/03/2021 à l’AP-HP, 20 % du personnel paramédical, 44 % du personnel médical et 21 % du personnel technico-administratif ont été vaccinés.

Au total au 10/03/2021, 33 % de l’effectif total de l’AP-HP a été vacciné.

  • Infections COVID-19 chez le personnel de l’APHP

On observe une stabilité du nombre d’infections depuis mi-janvier. Depuis fin janvier, on note même une baisse des infections chez le personnel médical de plus de 50 ans à l’AP-HP : c’est un signal encourageant de l’effet de la vaccination des professionnels de santé.

  • Cluster COVID-19 à l’AP-HP

On a observé un pic du nombre de foyers épidémiques (= clusters) fin octobre 2020 (= pic 2ème vague) puis une diminution en décembre. Après une nouvelle augmentation début janvier, on note depuis fin janvier une nouvelle diminution : cette diminution est notamment due à un renforcement des mesures de contrôle du virus (désinfection mains/masque), à un effet du dépistage (même si cas contact et vacciné, nécessité de se faire dépister) et à un effet de la vaccination.

  • Questions (JDL, CP, MH)

La vaccination des professionnels de santé sera-t-elle obligatoire à l’AP-HP ?

DG : pour la rendre obligatoire, il faudrait un texte réglementaire ; l’accent est plutôt mis sur la communication et l’information concernant les risques. L’idéal serait que 100 % des professionnels de santé de l’AP-HP soient vaccinés, sans obligation.

Les professionnels de santé peuvent-ils faire profiter de la vaccination à l’AP-HP leurs proches de plus de 50 ans éligibles à la vaccination (comorbidités) ?

CP : cela a été le cas le weekend dernier, mais pour l’instant une telle opération n’est pas prévue à nouveau. Nous verrons dans les semaines/mois à venir, selon la disponibilité des différents vaccins.

Quel est le type de vaccin à utiliser pour le personnel paramédical ?

CP : le même type de vaccin est administré aux professionnels de santé de l’AP-HP, qu’ils soient personnel médical ou paramédical. Nous rappelons également que tous les professionnels de santé sont éligibles à la vaccination. Le vaccin utilisé est le vaccin AstraZeneca car il y a eu une dotation spécifique pour les soignants de l’AP-HP (et hors AP-HP).

DG : la vaccination est aussi ouverte aux étudiants en santé, travaillant dans les hôpitaux.

La vaccination est-elle possible chez la femme enceinte ?

JDL : les risques attendus sont assez faibles, mêmes s’ils n’ont pas été quantifiés. Les USA recommandent la vaccination des femmes enceintes. En France, on reste sur une évaluation du bénéfice/risque avec notamment le gynécologue-obstétricien qui suit la patiente.

CP : la HAS a recommandé la vaccination des femmes enceintes les plus à risque (profession, > 35ans, comorbidités). La vaccination est également possible lors d’un désir de grossesse.

Pourquoi ne fait-on pas de sérologie systématique avant de vacciner ?

JDL : il y a eu de nombreuses discussions sur le sujet ; ce n’est pas recommandé pour l’instant surtout pour des aspects pratiques.

Peut-on savoir, par un test de laboratoire, si la vaccination a été efficace ou non ?

JDL : c’est l’un des buts du projet de recherche présenté par OL. Nous ne sommes pas capables pour l’instant de savoir si la présence d’anticorps est forcément corrélée à une protection, et à quel niveau.

Peut-on recevoir la 1ère dose avec un vaccin et la 2nde avec un autre vaccin ?

JDL : des réflexions sont en cours sur la mise en place d’une éventuelle étude clinique sur le sujet. Un projet européen va aussi débuter à ce propos. Ce n’est pas recommandé à l’heure actuelle. Il faudra voir notamment son utilité dans la lutte contre les variants.

Si je suis infecté après avoir déjà reçu la 1ère dose, dois-je recevoir la 2nde ?

JDL : non,  pas de 2nde dose tout de suite, il faut attendre plusieurs mois après l’épisode infectieux.

 

Remarque de CP : des arrivages du vaccin Pfizer sont en cours, en ville, dans les centres ambulatoires et les hôpitaux. Nous priorisons les patients à très haut risque pour l’instant.

Remarque de JDL : en mai, on peut espérer avoir plusieurs vaccins : Pfizer, AstraZeneca, Janssen, et peut-être d’autres comme le Sputnik.

Les orateurs remercient les participants.

Fin du wébinaire à 13h00.